Stagiaire, galérien des temps modernes

Stagiaire, galérien des temps modernes

petit-arbre-blog-lady-urbaine.jpg

Pourquoi le statut stagiaire relève plus du bizutage qu’ à une promenade de santé dans l’immersion  du monde du travail?

A la base le stage a pour objectif de se confronter au monde réel, de mettre en pratique ce qu’on a acquis sur les bancs de l’apprentissage et aussi acquérir de nouvelles compétences concrètes.

Sur le papier, ça semble idyllique alors pourquoi, beaucoup se sentent lâchés dans la fosse aux lions, surexploités, surbookés et parfois repartent sans avoir atteint les objectifs qui ont été fixé au départ avec son maître de stage et son tuteur.

Stagiaire, galérien des temps modernes

L’intégration du stagiaire est bâclée voire inexistante, la personne débarque un matin, et tout le monde semble ignorer la raison de sa présence dans l’entreprise.

Le minimum: Instaurer une politique d’intégration aussi bien pour l’arrivée d’un stagiaire que d’un nouvel employé. Confier cette mission à une personne de l’accueil si c’est le rush le lundi matin ou justement l’accueillir à un autre moment que cinq minutes avant la réunion sur les objectifs non atteints de la semaine. De l’organisation!

Le stagiaire arrive motivé  pour son 1er jour, l’accueil est glacial. La raison? On licencie un employé le jour même de son arrivée.

WTF? Le message envoyé déliberement ou non,  chers employés, méfiez-vous, lorsqu’un stagiaire débarque, vous êtes peut-être sur la selette. Cher stagiaire, comme tu vois personne n’est indispensable même ceux qui ont signé un CDI, donc à ta place… ça commence mal.

Un fait curieux aussi, à l’arrivée du stagiaire, des personnes à des postes clés qui pourraient l’aiguiller sur ses missions sont bizarrement en weekend prolongé ou en arrêt maladie et pire personne n’a du temps à lui consacrer.

Aurait-on peur que le stagiaire soit porteur d’ une maladie contagieuse? Le message perçu par le stagiaire, “démerde-toi tout seul, ton sort est le dernier de notre préoccupation”.

Sur le terrain, le tuteur délègue son rôle à d’autres stagiaires plus anciens. Après une découverte sommaire du terrain et une formation survolée, l’entreprise attend une productivité rapide du novice.

Je disais à l’instant que l’on forme souvent le stagiaire par dessus la jambe mais un matin on n’hésitera pas à lui confier des missions à responsabilités si un employé s’absente inopinément.

Le stagiaire passe du statut d’une pièce rapportée gênante au statut de superman détenant toutes les connaissances pour parer à toute absence. Attention, sans forcément  un supplément de formation. Seul mot d’ordre #opérationnel coûte que coûte!

jardin-zen-blog-lady-urbaine.jpg

Stage, rite de passage

Le stage, ce rite de passage dans la société moderne où filles et garçons se doivent de survivre pour gagner leur place et le respect de leurs aînés.

L’épreuve consiste à survivre à la pression morale, à ne jamais baisser les bras, seuls la persévérance et la pugnacité paieront ou… pas.

L’objectif, rentrer dans le moule quitte à singer ses supérieurs, oui j’en ai vu, de leur look à leur mimique. #le claquage de porte vous connaissez?

Imaginez, vous bossez dans un open-space, le boss traverse cet espace pour regagner son bureau, il claque la porte d’une force que ça vous décollerait les tympans, deux minutes après son second (stagiaire/larbin) fait exactement la même chose! c’était comme un ballet agressif pour vous arracher la dernière goutte de bien-être que vous aurez pu apporter de chez vous pour affronter la journée. Du lundi au vendredi, de 9h à 18, au moins 10 fois par jour.

Relativisons, j’ai vu une vidéo sur un rite de passage des jeunes dans un village aux cultures primitives. Les jeunes hommes se font sectionner le pénis sur la longueur à vif avec une lame de rasoir et où désormais leur urine s’écoulera en dehors du méat. Des cicatrices indélébiles dans leur chair et une douleur à vie s’ils s’en sortent, qu’il faudra surmonter pour prouver qu’ils sont adultes et virils…

A côté de ça, le stage devient une vrai partie de plaisir tout d’un coup.

Oui, je regarde des horreurs sur YouTube. Il m’arrive d’en avoir marre des chatons mignons.

Expériences

Pour égayer ce pavé, voici quelques vécus que mon entourage et moi-même avions expérimentés en tant que stagiaire.

Le silence de la mort qui tue

Une copine qui a décroché un contrat en alternance pour un an a été snobée par ses collègues pendant trois jours. Personne ne l’a présenté à son arrivée, personne ne lui a adressé la parole et personne ne répondait à ses bonjour…

En fait, une collègue qui occupe le même poste qu’elle a pris un arrêt maladie au moment de son arrivée dans la boîte, les bruits de couloir en ont déduit que ma copine a #volé la place de leur collègue. Je vous laisse imaginer l’ambiance.

A défaut d’être naïve, on dira Manque de caractère

L’histoire du licenciement… c’était du vécu et par deux fois! J’arrive pour le 1er jour à 8h30, tout le monde fait la gueule… Je suis de nature cool, je prends les choses comme elles sont de toute façon j’étais déjà sur place, plus moyen de s’enfuir… La raison, ils licenciaient un collègue, pas de bol, c’était une des personnes que je trouvais avenant dans l’équipe avec qui j’ai sympathisé.

Dans ma tête tout s’embrouillait, je me souviens que durant mon entretien, ils ont évoqué la possibilité de signer un contrat  à l’issue de mon stage voire avant…

C’était impensable, dans cette boîte on est sur un siège éjectable! Ils ont conclu que je n’avais pas assez de caractère pour bosser avec eux.

C’est totalement assumé, mon manque de caractère et moi-même sommes partis pour voir si l’herbe était plus verte ailleurs, et bien oui, en plus c’était ensoleillé!

Déléguer rime avec abandonner?

Une amie effectue un stage longue durée dans une agence réputée, son domaine les ressources humaines.

Sa tutrice a délégué sa formation à un stagiaire, soit, elle assimile vite et est organisée. Je la connais bien, donc je sais qu’elle est méticuleuse dans son travail, je n’ai aucun doute là-dessus.

Bosser dans une agence d’intérim quel qu’en soit le domaine reste sportif. Il faut être très polyvalent, méthodique avec une bonne rapidité d’ exécution. Que dis-je? #excellente est le mot juste.

Mais en une semaine, on ne peut pas prétendre gérer tous les dossiers sous toutes ses facettes.

Un dossier commence par le recrutement, passe par  la partie purement administrative jusqu’ au suivi commercial et le service après vente.

Mon amie se retrouve avec d’autres stagiaires seules à l’agence! tous les titulaires sont soit en vacances soit en arrêt…

La responsable de secteur ne comprend pas la situation en arrivant, reprend tous les éléments et ce sont les stagiaires qui trinquent. L’enfer du devoir pour cinq mois encore…

Le don à sens unique

Une dernière, là c’est un membre de la famille, la personne a passé un entretien dans une grande enseigne pour faire un stage de chef de rayon. Il s’agit d’un stage de longue durée étalée sur plusieurs périodes, elle a rempli les rayons et effectué l’inventaire pendant des semaines.

La main d’œuvre gratuite qu’elle était, n’a pas réussi à obtenir  les éléments pour étoffer son rapport de stage, n’a pas eu l’occasion de faire le point sur ses objectifs avec son maître de stage. Les rayons ont été bien tenus mais sans plus.

Elle a aussi un mémoire à traiter mais n’a pas d’autres choix que de décrocher un autre stage ailleurs dans l’urgence, et heureusement que sa détermination lui a permis de rebondir très vite. Mais que de temps perdu!

Que faut-il en retenir?

Nous vivons dans une période où la crise reste collée sur toutes les lèvres, c’est l’étendard de choix que certains brandissent pour justifier leur attitude exécrable au boulot et pour mener la vie dure aux novices.

Mais, il existe toujours des manières d’être pour rendre cette atmosphère plus clémente.

En commençant par ne pas dégoûter les plus jeunes du monde du travail. Après tout, nous sommes tous passés par la case stagiaire ou novice dans notre domaine.

 Ces jeunes en stage aujourd’hui sont les maîtres de stage de demain, ne devrait-on pas leur donner le bon exemple?

Très souvent, ce sont les grandes enseignes qui vantent leur professionnalisme à la télé qui sont les plus abusives dans l’utilisation de main d’œuvre gratuite et excellent dans le #je m’en foutisme de l’attente du stagiaire. Eh ouais,  plus l’arnaque est grosse moins on la remarque.

N’y voyez pas dans ce tableau  bien sombre le reflet de tous les stages,  je voulais partager quelques situations décevantes qu’un grand nombre n’ose soulever parce que trop gênant.

 Fort heureusement, nous ne sommes pas entourés que par des monstres. Il existe des entreprises qu’on regrette de devoir quitter, des collègues adorables pour qui on verserait quelques larmichettes au pot de départ, des anecdotes enrichissantes qui font grandir…

Mais ceci est un autre sujet.

Des bisous

Yannie

Hello vous, je vous invite à papoter avec moi le temps d'une pause. Lady Urbaine est un blog avec un concentré de bazar féminin mais pas que... Je vous embarque aussi dans la ville de Tours. Tout ceci ressemble à un sac à main où on emporte toute sa maison, plus on fouille plus y en a. Bienvenue à tous, à tout de suite

Cet article a 4 commentaires

    1. Merci Krol, malheureusement c’est souvent le cas lorsqu’on échange sur le sujet.

  1. Très bon article qui illustre bien cette dérive (esclavagiste) à mon sens, du monde du travail… hormis la galère des stagiaires, il y a également la problématique des CDD, devenue la norme.

    1. Merci Mistigriffe,
      On ne compte plus les dérives pour tous les statuts, ce qui fait peur c’est que c’est devenu presque la nouvelle norme.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu